If you're seeing this message, it means we're having trouble loading external resources on our website.

Si vous avez un filtre web, veuillez vous assurer que les domaines *. kastatic.org et *. kasandbox.org sont autorisés.

Contenu principal
Heure actuelle :0:00Durée totale :6:06

Transcription de la vidéo

Comme vous le savez à présent, il existe nombre de considérations à prendre en compte lors de la conception d’un espace à thème. Des spécialistes de plus d’une centaine de disciplines différentes sont nécessaires à sa création. Alors, comment fait-on pour s’assurer que toutes ces personnes qui collaborent à la création d’un espace inédit possèdent une compréhension identique de la vision ? Faire circuler des idées complexes entre différentes personnes peut s’avérer éprouvant. Nous transmettons les idées à l’origine de nos concepts de différentes manières. Que ce soit par des croquis, des dessins d’architecture, des plans d’ingénierie, des maquettes physiques, des modèles numériques, la liste est longue. L’un de nos outils principaux s’appelle mood board. Il permet de transmettre l’ambiance d’une contrée. Pour aider les Imagineers à en imaginer l’aspect et l’atmosphère ainsi que les réactions et les émotions des visiteurs qui la traverseront. Découvrons-en un peu plus sur le mood board et son utilisation. Quand Imagineering se lance dans la création d’une contrée, attraction ou espace, les Imagineers commencent par fabriquer ce qu’on appelle un mood board. Le mood board est un outil qui permet de décrire une atmosphère et les sentiments qu’on veut transmettre ainsi que la manière dont historiens de l’art et designers ont tenté d’y parvenir auparavant. Nous avons recours à toutes les techniques pour communiquer une idée, de la 3D dernier cri aux maquettes fabriquées avec un bout de bois trouvé par terre, du moment que ça sert le projet. Tout ce qui peut vous aider à comprendre l’objectif. On commence par faire des recherches de matériaux et de couleurs. Prenez tout ce qui vous tombe sous la main, magazines, images de l’éclairage désiré, photos d’œuvres d’art, images de certains des bâtiments, photos de canards et de lapins, images d’une belle texture rouillée, outils, vinyle pour recouvrir les fauteuils, textures, un revêtement mural vraiment unique, plâtre, belles photos de récifs coralliens bioluminescents et les poissons. Ce n’est pas le bâtiment qui compte, c’est le processus de construction. Ensuite, on peut réaliser un mood board juste pour les couleurs. Comment les couleurs changent-elles d’un endroit à l’autre ? Quelles zones sont chaudes ? Quelles zones sont froides ? Quelles zones sont très lumineuses, colorées et théâtrales ? On peut ajouter une image de nourriture, peut-être d’une pâtisserie qui fait de belles tartes que l’on veut ajouter au mood board. Il s’agit de deux choses différentes : quelles sensations veut-on inspirer et quelles informations veut-on transmettre ? Comment on embarque le visiteur dans ce voyage tout en concevant cette contrée que je vais réellement construire. Généralement, il se passe des années entre la première vision d’une contrée et son ouverture aux visiteurs. Les projets évoluent souvent en cours de route. Parfois un peu, parfois beaucoup. Un mood board s’avère très utile pour s’assurer de respecter la vision, le thème central de votre contrée et ce que vous voulez que vos visiteurs voient, sentent et éprouvent. C’est très différent du processus de création d’un seul artiste. Tout se négocie et il faut prendre l’habitude de parler ouvertement aux autres de ce qu’ils veulent et désirent pour le projet afin de le mener à bien grâce à une équipe allant dans la même direction, de manière fluide. L’avantage de ces grands mood board composés de nombreuses images punaisées réside dans la possibilité au fil du temps d’ajouter un designer au projet et qu’il puisse apporter une nouvelle idée qui viendra en remplacer une ancienne et ainsi de suite à mesure que de nouveaux membres viennent se greffer à l’équipe. Lorsque ce processus est terminé, vous obtenez un résultat impossible à prévoir au début, mais si vous avez bien fait votre travail, ce résultat reflétera les intentions d’origine. Comment conçoit-on un mood board spécifique ? Disons que je veuille faire un mood board pour Pandora. Je veux transmettre l’idée que cet endroit est étrange et nouveau, mais pas dangereux, d’accord ? Donc je vais faire différents choix de langages de formes pouvant conduire à un tableau d’ovales et de courbes de ce côté. Je vais l’exprimer par des formes ovoïdes, rondes, douces, conviviales. De l’autre côté, on aura des choses plus inattendues, des choses à la mauvaise échelle, à l’envers ou d’une couleur étonnante, des détails qui vont me surprendre. Je montre ainsi l’étrangeté et la nouveauté tout comme la convivialité et l’accessibilité. Si je devais faire un mood board pour le présenter à quelqu’un et lui donner une idée des saveurs et de l’ambiance sonore, je réaliserais une bande-son à jouer pendant ma présentation. Et j’apporterais de quoi grignoter. Bravo ! Vous avez terminé cette leçon sur la conception de contrées. Faites l’exercice qui suit pour créer le mood board de votre contrée. N’hésitez pas à utiliser tous les matériaux qui vous viennent à l’esprit. Des photographies, croquis, coupures de magazines, échantillons de tissus, cailloux, céramique… En bref, tout ce qui vous permettra de suggérer les sensations visuelles et physiques dont les visiteurs de votre contrée feront l’expérience. Après cela, n’hésitez pas à consulter les autres leçons de découverte d’Imagineering in a Box.