If you're seeing this message, it means we're having trouble loading external resources on our website.

Si vous avez un filtre web, veuillez vous assurer que les domaines *. kastatic.org et *. kasandbox.org sont autorisés.

Contenu principal
Heure actuelle :0:00Durée totale :6:13

Transcription de la vidéo

En plus de la vie végétale et des bâtiments, la création d’une contrée nécessite de nombreux matériaux physiques. Aménagements, allées, lampadaires, arrière-plans, garde-corps, luminaires, portes, la liste est longue. Tous ces éléments sont composés de matériaux qui doivent pouvoir durer des décennies. Disneyland et ses attractions doivent avoir aussi fière allure au 10 000e jour de leur vie qu’au premier jour et les matériaux doivent aussi répondre aux exigences créatives des artistes et designers. Comme nous allons le voir, les Imagineers passent beaucoup de temps à choisir et travailler les matériaux. Le choix des matériaux découle d’un long processus de réflexion. Matériaux de construction, revêtements de sol, tissus d’ameublement, soit tout ce qui constitue l’apparence physique d’un manège, d’un spectacle, d’une attraction, d’une contrée. Nous utilisons beaucoup de béton, de plâtre et de plastique, non pas parce que nous aimons particulièrement ces matériaux, mais parce qu’ils sont très durables et faciles à contrôler. Imaginez le flux de visiteurs des parcs Disney et le nombre de clients de l’Emporium sur Main Street par exemple. On parle de dizaines de milliers de personnes sur un laps de temps très court. Il faut bien réfléchir au revêtement de sol de cette boutique. On ne peut pas opter pour des matériaux qui ne résisteront pas à tous ces pas. On dispose donc d’un éventail de matériaux assez limité pour la construction de nos bâtiments. Il faut donc accorder une grande attention à la texture du matériau, à la température qu’il pourrait atteindre en pleine journée, mais aussi à sa réflexion acoustique aussi étrange que ça puisse paraître. Imaginez un environnement superbe à regarder dans lequel cent-quatre-vingt-cinq visiteurs ne peuvent pas se parler, car il est composé de surfaces dures sur lesquelles le son rebondit. La durabilité et la praticité sont donc les principales problématiques de la sélection de matériaux. Mais les matériaux doivent également refléter le thème et l’histoire. Voici quelques exemples. Nous avons testé différents graphismes pour Tomorrowland et un tel environnement appelle des textures de type acier inoxydable et métal brillant. Mais à Critter Country ou Fantasyland, on s’attend plutôt à un environnement de conte de fées avec beaucoup de bois et même des éléments sculptés à la main. Dans une contrée inspirée des Caraïbes, on s’attend à voir des couleurs chatoyantes, de la belle faïence ou alors du joli bois patiné dont les nœuds ressortiraient. À un moment donné, Treasure Cove grouillait d’artistes en train de peindre et de sculpter le plâtre et le bois pour reproduire à la perfection les photos que nous avions prises dans les Caraïbes. Sur Pandora, par exemple, tous les éléments possèdent une texture particulière : les rochers sont couverts de mousse, les arbres sont noueux et épineux, qu’ils soient réels ou non, nous essayons de créer un environnement incroyablement riche en textures qui au toucher auront l’air réelles. Parfois, le matériau utilisé correspond à celui auquel vous vous attendez. Par exemple, une porte qui semble constituée de métal est probablement en métal, mais parfois, le matériau utilisé ne correspond pas à celui auquel vous vous attendez. Par exemple, dans l’attraction Finding Nemo Submarine Voyage à Disneyland, les récifs de corail que l’on voit sous l’eau sont composés de minuscules pastilles de verre coloré. Ce verre ne se décolore pas et les récifs conservent ainsi tout leur éclat, même dans des conditions difficiles. Et ce n’est pas le seul exemple. Parfois, pour fabriquer des panneaux censés être en bois, nous faisons appel à des artistes spécialisés dans la sculpture de divers matériaux, de type fibre de verre ou composite carbone époxy, afin de reproduire le grain du bois. Ce que vous voyez dans le parc, ce n’est pas du vrai bois, ça a l’allure du bois, ça a le toucher du bois, mais ça n’en est pas. Le thème d’une nouvelle contrée peut-il orienter vers de nouveaux matériaux ? Chaque jour, j’apprends de nouvelles choses sur les matériaux. Avec les progrès technologiques, on va voir apparaître de nouveaux matériaux pour tous les projets en cours, mais après avoir travaillé sur le projet Pandora, je dirais que nous sommes à la recherche de matériaux avec un côté organique. Pour créer une plante artificielle, nous recherchions un matériau qui puisse durer des décennies sans entretien. Rien de tel n’existait. Il a fallu assembler toute une variété de matériaux : moustiquaire, filet, maillage en inox, peintures automobiles, superplastiques, pour créer une chose au final principalement constituée d’acier, la moustiquaire est en acier. Ça ne va pas bouger et grâce aux peintures automobiles on a obtenu un bel aspect végétal et transparent qui donne un résultat bluffant. Impossible de se rendre compte que c’est factice. Il y a des choses que nous avons vues aux Caraïbes et dont nous avons pris des photos en gros plan, car nous les adorions et les trouvions vraiment importantes. Si nous pouvions les recréer pour les visiteurs, ça permettrait peut-être de transformer l’essai. Il y avait cette incroyable brique bleue, des routes en brique bleue, que nous voulions vraiment intégrer à une zone de la place devant notre restaurant. Katherine Jean, notre directrice créative, s’est mise à chercher un fabricant de faïence ou de brique en Chine qui pourrait recréer ça pour nous et elle a trouvé cette productrice de céramique sur mesure qui nous a fourni cette brique bleue. Elle attire l’attention de tous les visiteurs qui passent à proximité, c’est un élément essentiel. Maintenant, c’est à votre tour. Dans l’exercice qui suit, sélectionnez les matériaux nécessaires à la construction de votre contrée.