If you're seeing this message, it means we're having trouble loading external resources on our website.

Si vous avez un filtre web, veuillez vous assurer que les domaines *. kastatic.org et *. kasandbox.org sont autorisés.

Contenu principal
Heure actuelle :0:00Durée totale :6:05

Transcription de la vidéo

Nous venons de voir que l’agencement d’une attraction représente un défi à la fois artistique et technique. Autre défi de taille, le respect de la durée de l’attraction qui implique parfois des milliers d’événements : installation des visiteurs, départ des véhicules, déclenchement des scènes, mouvement des divers accessoires, activation des effets sonores et lumineux qui donnent vie à une scène et créent un impact émotionnel. Ces rouages, constitués de milliers de pièces mobiles toutes reliées entre elles, n’ont pour autre mission que de raconter une belle histoire. Mais il faut prendre en compte un facteur majeur. Il faut que le plus de visiteurs possible puissent accéder à l’attraction et en profiter. Cela s’appelle la capacité d’une attraction. Nous allons le voir, les Imagineers ont une bonne maîtrise de la capacité. La capacité est l’un des principaux indicateurs du point de vue de la conception technique d’une attraction. Elle correspond au nombre de personnes par heure pouvant monter dans l’attraction. Plus il y a de personnes par heure dans l’attraction, moins l’attente est longue. Nous ne voulons pas que vous attendiez, par conséquent, plus le nombre de personnes qui accèdent à une attraction est élevé, mieux c’est. Voilà notre objectif. Fournir une attraction à la capacité la plus importante possible tout en respectant ses exigences créatives et en vous offrant une expérience puissante, intéressante, merveilleuse. La capacité est un concept important à cerner, découvrons donc comment elle se calcule. La capacité, c’est le nombre de passagers par heure d’une attraction. La capacité correspond donc à la capacité du véhicule multipliée par l’intervalle de départ. La capacité du véhicule étant le nombre de passagers par véhicule et l’intervalle de départ, la fréquence à laquelle partent les véhicules. Par exemple, si l’intervalle de départ est de 10 secondes, alors six voitures partent chaque minute, soit 360 voitures par heure. Si chaque voiture transporte deux passagers, ça correspond à deux fois 360, soit 720 passagers par heure. Les deux facteurs clés de contrôle de la capacité sont la capacité de chaque véhicule et l’intervalle de départ. Comme toujours, pour équilibrer ces deux facteurs, il faut jongler avec les considérations artistiques et techniques. Penchons-nous d’abord sur la capacité du véhicule. Pour une attraction comme Radiator Springs, on aurait aimé limiter le nombre de passagers à deux personnes, mais moins il y a de personnes dans un véhicule, plus la capacité diminue et notre objectif est d’optimiser le nombre de passagers par véhicule sans changer radicalement l’expérience de l’histoire que nous tentons de raconter. Sur Pirates Shanghai, nous voulions vraiment attirer de nombreux visiteurs. Nous avons donc agrandi nos bateaux, pour accueillir 30 personnes par bateau. Mais parfois, faire les choses en grand n’est pas la solution. Revenons à l’exemple du vol en banshee, il s’agit d’une expérience très intime, donc si vous vous retrouviez avec une vingtaine de personnes sur le dos de la banshee, cela gâcherait un peu l’impression que vous avez de tenir les rênes. Il faut considérer d’autres éléments. Par exemple, lorsqu’un véhicule est plus spacieux, il peut accueillir plus de visiteurs, mais l’embarquement dure plus longtemps. Dans ce cas, on dispose de deux options : de grands véhicules éloignés les uns des autres transportant beaucoup de passagers ou des véhicules très proches les uns des autres transportant peu de passagers. Pour calculer l’intervalle de départ, il faut connaître la durée de l’embarquement et de la descente. Plus nombreux sont les passagers à embarquer à bord d’un véhicule, plus le départ prendra de temps. Selon la capacité du véhicule, l’intervalle de départ détermine la capacité totale et la durée maximale de chaque scène. Voyons comment il est possible de ménager ces deux facteurs. L’intervalle de départ, établi au début d’une attraction, détermine la durée du reste de l’expérience visiteur. S’il est de 15 secondes, alors il faut qu’en 15 secondes un véhicule entre dans une scène, que la scène se joue, puis que les visiteurs quittent la scène afin de la relancer pour le véhicule suivant qui se trouve juste derrière. Voilà ce qui détermine la durée d’une scène. Un véhicule doit respecter ces 15 secondes, sinon c’est l’embouteillage. Si vous voulez raconter une histoire avec un véritable début et une véritable fin ou une scène avec un début et une fin, alors vous devez être les seuls à assister à toute la durée de cette scène. Dans Pirates Shanghai, il existe plusieurs scènes se déroulant sur écran géant et il faut s’assurer qu’un seul bateau à la fois assiste à la projection, c’est pourquoi l’agencement du circuit, la durée et l’espacement des bateaux sont essentiels pour passer d’un écran à l’autre et faire en sorte qu’un seul bateau se trouve devant l’écran, assiste à la scène et s’en aille avant l’arrivée du bateau suivant. Dans Indiana Jones Adventure, 18 secondes séparent les véhicules. Précisément 18 secondes. Vos scènes ne peuvent donc jamais dépasser 18 secondes. Idéalement, elles se limitent à 15 ou 16 secondes. À la fin de l’attraction, vous retrouvez l’énorme rocher qui roule et Indie pendu à une corde, vous devez le sauver, puis vous vous écrasez au sol, et bien cette scène dure au total 17 secondes et demie. C’est le mieux qu’on a pu faire. On aimerait que la scène dure plus longtemps, mais ce serait trop long par rapport à l’intervalle de départ entre les véhicules. Il faut une chorégraphie bien huilée pour s’assurer d’offrir aux visiteurs le meilleur spectacle possible, et ce, toutes les 15 secondes, 18 heures par jour, 365 jours par an. Pour résumer, la durée d’une attraction fait partie intégrante de la narration et influence notre capacité à offrir cette expérience au maximum de visiteurs. Au bout du compte, tout dépend de la capacité du véhicule, de l’intervalle de départ et de la durée de la scène. Il faut donc bien saisir le concept de timing, c’est pourquoi nous avons créé un simulateur pour tester la durée de votre parcours scénique. La vidéo qui suit vous présente ce super simulateur. Amusez-vous bien !