If you're seeing this message, it means we're having trouble loading external resources on our website.

Si vous avez un filtre web, veuillez vous assurer que les domaines *. kastatic.org et *. kasandbox.org sont autorisés.

Contenu principal

La structure de la communauté

La richesse spécifique et la diversité des espèces.

Les points clés :

  • La structure d'une communauté peut être décrite par sa richesse d'espèces, soit le nombre d'espèces présentes, et la diversité des espèces, soit une mesure de la richesse et de l'uniformité des espèces (nombre relatif).
  • La structure d'une communauté est influencée par de nombreux facteurs, y compris des facteurs abiotiques, les interactions entre espèces, le niveau de perturbation et les événements de hasard.
  • Certaines espèces, telles que les espèces fondatrices et les espèces clés de voûte, jouent un rôle particulièrement important dans la détermination de la structure de leurs communautés.

Introduction

Les différentes communautés écologiques peuvent être assez différentes en ce qui concerne les types et le nombre d'espèces qu'elles contiennent. Par exemple, certaines communautés arctiques ne comprennent que quelques espèces, alors que certaines communautés de la forêt tropicale présentent un nombre important d'espèces par mètre cube.
Une façon de décrire cette différence est de dire que les communautés ont des structures différentes. La structure de la communauté est essentiellement sa composition, y compris le nombre d'espèces de cette communauté et leurs nombres relatifs1. On peut aussi l'interpréter de façon plus large pour comprendre tous les schémas d'interaction entre ces différentes espèces2.
Dans cet article, nous allons examiner certaines façons qui permettent de quantifier (mesurer numériquement) la structure communautaire. Ensuite, nous examinerons les facteurs qui façonnent la structure de la communauté, en particulier sur les espèces fondatrices et les espèces clés de voûte.

Comment mesurer la structure de la communauté ?

Deux mesures importantes utilisées par les écologistes pour décrire la composition d'une communauté sont la richesse spécifique et la diversité des espèces.

La richesse d'espèces

La richesse spécifique est le nombre d'espèces différentes dans une communauté particulière. Si nous avons trouvé 30 espèces dans une communauté, et 300 espèces dans une autre, la seconde communauté aurait beaucoup plus grande richesse spécifique que la première.
Les communautés avec les plus grandes richesses spécifiques ont tendance à se trouver dans les zones proches de l'équateur, qui reçoivent beaucoup d'énergie solaire (permettant une productivité primaire élevée), des températures chaudes, de grandes quantités de précipitations et peu de changements saisonniers. Les communautés avec les plus petites richesses spécifiques se trouvent près des pôles, qui obtiennent moins d'énergie solaire et sont plus froides, plus sèches et moins propices à la vie. Ce schéma ci-dessous illustre la richesse spécifique des mammifères (la richesse spécifique est calculée uniquement pour les espèces de mammifères, pas pour toutes les espèces). De nombreux autres facteurs autres que la latitude peuvent également affecter la richesse spécifique d'une communauté.
La richesse spécifique mondiale calculée pour les espèces de mammifères. Crédit d'image : "[Écologie de la communauté: Figure 14](http://cnx.org/contents/24nI-KJ8@24. 8:lGjgOeNc@8/Community-Ecology)," par OpenStax College, Biology, CC BY 4.0. Modification du travail par la NASA, CIESIN, Columbia University.

La diversité des espèces

La diversité des espèces est une mesure de la complexité de la communauté. Elle est fonction à la fois du nombre d'espèces différentes dans la communauté (richesse spécifique) et de leur abondance relative (uniformité des espèces). Un plus grand nombre d'espèces et une plus grande variété d'espèces mènent à une plus grande diversité. Par exemple :
  • Une communauté forestière avec 20 types d'arbres différents aurait une plus grande diversité d'espèces qu'une communauté forestière avec seulement 5 types d'arbres (en supposant que les espèces d'arbres soient de même abondance dans les deux cas).
  • Une communauté forestière avec 20 types d'arbres différents de même abondance aurait une plus grande diversité d'espèces qu'une communauté forestière avec le même nombre d'espèces d'abondances très inégales (par exemple, avec 90% des arbres appartenant à une seule espèce).
En général, les écologistes pensent que les communautés écologiques plus diversifiées sont plus stables (c'est-à-dire capables de mieux se rétablir après une perturbation) que les communautés moins diversifiées. Vous pouvez explorer pourquoi c'est le cas dans la vidéo sur les réseaux écologiques. Cependant, la relation diversité-stabilité n'est pas une règle universelle. Dans certains cas, d'autres facteurs (autre que la diversité des espèces) sont plus importants pour déterminer la stabilité de la communauté et de l'écosystème5,6.

Quels sont les facteurs qui façonnent la structure communautaire ?

La structure d'une communauté est le résultat de nombreux facteurs interactifs, tant abiotiques (non-vivants) que biotiques (liés aux organismes vivants). Voici quelques facteurs importants qui influencent la structure de la communauté :
  • Les schémas climatiques de la localisation de la communauté.
  • La géographie de la localisation de la communauté.
  • L'hétérogénéité (inégalité) de l'environnement7.
  • La fréquence des perturbations ou des événements perturbateurs.
  • Les interactions entre organismes.
La structure d'une communauté peut également être façonnée par les événements qui se sont produits au cours de son histoire. Par exemple, supposons qu'une seule graine soit soufflée dans la terre d'une zone particulière. Si elle prend racine, l'espèce peut s'établir et, après un certain temps, devenir dominante (excluant les espèces similaires). Si la graine ne parvient pas à germer, une autre espèce similaire pourrait avoir la chance de s'y établir et de devenir dominante.

Les espèces fondatrices et les espèces clés de voûte

Certaines espèces ont un impact exceptionnellement fort sur la structure de la communauté. Elles préservent l'équilibre de la communauté et même rendent son existence possible. Ces espèces « spéciales » comprennent les espèces fondatrices et les espèces clés de voûte.

Les espèces fondatrices

Une espèce fondatrice joue un rôle unique et essentiel dans la création et la définition d'une communauté. Souvent, les espèces fondatrices agissent en modifiant l'environnement afin qu'il puisse supporter les autres organismes qui forment la communauté9,10,11.
Le kelp (algues géantes brunes) est une espèce fondatrice qui forme la base des forêts de kelp des côtes de la Californie. Les kelps créent un environnement qui permet la survie d'autres organismes qui composent la communauté des forêts de kelp9. Les coraux d'un récif de corail sont une autre espèce fondatrice. Les exosquelettes de corail vivant et mort constituent la plus grande partie de la structure du récif, qui protège d'autres espèces contre les vagues et les courants océaniques. Les castors qui modifient leur environnement en construisant des barrages peuvent également être considérés comme une espèce fondatrice9,11.
Un récif de corail. Crédit image : "Écologie de la communauté: Figure 13," par OpenStax College, Biology, CC BY 4.0. Œuvre originale de Jim E. Maragos, USFWS.

Les espèces clés de voûte

Une espèce clé de voûte est une espèce qui a un effet d'une force disproportionnée sur la structure de la communauté par rapport à sa biomasse ou à son abondance. Les espèces clés de voûte diffèrent des espèces fondatrices de deux façons principales : elles appartiennent plus probablement à des niveaux trophiques plus élevés (et sont plus probablement des prédateurs supérieurs), et elles agissent de manière plus diverse que les espèces fondatrices, lesquelles ont plutôt tendance à modifier leur environnement10,11.
L'étoile de mer intertidale Pisaster ochraceus, qui se trouve dans le nord-ouest des États-Unis, est peut-être l'exemple le plus célèbre des espèces clés de voûte. Dans une expérience classique d'écologie communautaire, les étoiles de mer ont été séparées de la zone intertidale où elles vivaient. En conséquence, les populations de leurs proies (moules) ont augmenté, modifiant la composition des espèces de la communauté et réduisant fortement la diversité des espèces. Lorsque les étoiles de mer étaient présentes, environ 25 espèces de bernacles et d'algues ont été trouvées dans la partie inférieure de la zone intertidale. Mais une fois disparues, la population de moules a augmenté et a presque entièrement remplacé ces autres espèces12.
Ce type de réduction brutale de la diversité ou de l'effondrement de la structure communautaire se produit communément lorsqu'une espèce clé de voûte est supprimée. Dans ce cas, la perte de diversité s'est produite parce que les moules ont évincé d'autres espèces qui pouvaient normalement persister parce que les étoiles de mer gardaient les moules sous contrôle.
Crédit image : "Écologie de la communauté : Figure 15," par OpenStax College, Biology, CC BY 4.0. Œuvre originale de Jerry Kirkhart.

À explorer en dehors de Khan Academy

Voulez-vous en savoir plus sur l'expérience des espèces clés de voûte classiques décrite ci-dessus ? Découvrez cette animation interactive de LabXchange.
LabXchange est une plateforme éducative en ligne gratuite créée à la Faculté des Arts et des Sciences de Harvard et soutenue par la Fondation Amgen.

Vous souhaitez rejoindre la discussion ?

Pas encore de posts.
Vous comprenez l'anglais ? Cliquez ici pour participer à d'autres discussions sur Khan Academy en anglais.