If you're seeing this message, it means we're having trouble loading external resources on our website.

Si vous avez un filtre web, veuillez vous assurer que les domaines *. kastatic.org et *. kasandbox.org sont autorisés.

Contenu principal

Résumé sur l'hérédité non mendélienne

Termes clés

TermesSignification
Dominance incomplèteProfil d'hérédité où un allèle n'est pas totalement dominant par rapport à un autre
CodominanceProfil d'hérédité où deux allèles sont simultanément exprimés chez l'individu hétérozygote
Allèles multiplesUn gène qui est contrôlé par plus de deux allèles
PléiotropieQuand un gène altère de multiples caractéristiques
Allèle létalAllèle qui induit la mort de l'individu
Trait polygéniqueTraits qui sont contrôlés par plusieurs gènes

Variations impliquant des gènes uniques

Certaines des variations des lois de Mendel concernent des gènes uniques.
  • Dominance incomplète. Deux allèles peuvent produire un phénotype intermédiaire lorsque les deux sont présents, au lieu que l'un des deux détermine complètement le phénotype.
    Le muflier à grandes fleurs en constitue un exemple. Un croisement entre une plante homozygote à fleurs blanches (CBCB) et une plante homozygote à fleurs rouges (CRCR) donne une progéniture à fleurs roses (CRCB).
  • Codominance. Deux allèles peuvent s'exprimer simultanément lorsque les deux sont présents, plutôt que l'un détermine entièrement le phénotype.
Codominance chez le poulet herminée. Image de Wikimedia, CC BY 2.0.
Chez certaines variétés de poulets, l’allèle pour des plumes noires est codominant avec l’allèle pour des plumes blanches. Un croisement entre un poulet noir et un poulet blanc donne un poulet doté de plumes noires et blanches.
  • Allèles multiples. Mendel a étudié seulement deux allèles des gènes du pois, mais les populations réelles présentent souvent de multiples allèles d'un gène donné.
    Le gène qui détermine la couleur de la fourrure du lapin (le gène C) et qui dispose de quatre allèles communs (C, cch, ch et c) en est un exemple.
  • Pléiotropie. Certains gènes altèrent de nombreuses caractéristiques différentes, plutôt qu'une caractéristique unique.
    Basé sur un schéma similaire d'Ingrid Lobo1.
    Prenons l'exemple du syndrome de Marfan, qui se traduit par plusieurs symptômes (taille particulièrement grande, doigts et orteils fins, luxation du cristallin et problèmes cardiaques). Ces symptômes ne semblent pas directement liés, mais il s'avère qu'ils découlent tous de la mutation d’un gène unique.
  • Les allèles létaux. Certains gènes disposent d'allèles qui empêchent la survie de l'organisme lorsqu'il est homozygote ou hétérozygote.
    L'allèle létal jaune, une mutation spontanée chez la souris qui rend son pelage jaune, constitue un exemple classique d'allèle qui altère la survie. Les souris qui présentent un génotype homozygote (AJAJ) meurent tôt au cours de leur développement. Bien que cet allèle soit dominant, les allèles létaux peuvent être dominants ou récessifs et s’exprimer dans des conditions homozygotes ou hétérozygotes.

Hérédité polygénique et incidences environnementales

De nombreuses caractéristiques, telles que la taille, la couleur de la peau ou des yeux, ainsi que le risque de maladies, sont contrôlées par de multiples facteurs. Ces facteurs peuvent être génétiques, environnementaux, ou les deux.
  • Hérédité polygénique. Certaines caractéristiques sont polygéniques, ce qui signifie qu'elles sont contrôlées par un certain nombre de gènes différents. Dans l'hérédité polygénique, les traits constituent souvent un spectre phénotypique (plutôt que de tomber dans des catégories faciles à déterminer).
    Représentation graphique des couleurs de la peau humaine. Image de Wikimédia, CC BY-SA 4.0,
    La pigmentation de la peau chez les humains, qui est contrôlée par plusieurs gènes différents, en est un exemple.
  • Effets environnementaux. La plupart des caractéristiques du monde réel sont déterminées non seulement par le génotype, mais aussi par des facteurs environnementaux qui influencent la façon dont le génotype est traduit en phénotype.
    Hortensia bleu ou rose en fonction de la variation du pH du sol. Image de Lynn Greyling, domaine public
    La fleur d'hortensia en est un exemple. Des hortensias de la même variété génétique peuvent passer d'une couleur bleue à rose en fonction du pH du sol dans lequel ils poussent.

Erreurs courantes et idées reçues

  • Certaines personnes confondent la pléiotropie et l'hérédité polygénique. La pléiotropie indique qu'un gène affecte plusieurs caractéristiques (comme dans le syndrome de Marfan), alors que l'hérédité polygénique signifie qu'un trait est contrôlé par de multiples gènes (par exemple, la pigmentation de la peau).
  • Codominance et dominance incomplète ne sont pas la même chose. En cas de codominance, il n'y a pas d'allèle dominant par rapport à l'autre, de sorte que les deux sont exprimés de la même manière chez l'individu hétérozygote. En situation de dominance incomplète, il existe un phénotype hétérozygote intermédiaire (par exemple, une fleur rose lorsque les phénotypes des parents sont rouges et blancs).

Vous souhaitez rejoindre la discussion ?

Pas encore de posts.
Vous comprenez l'anglais ? Cliquez ici pour participer à d'autres discussions sur Khan Academy en anglais.